Rapport 2017 : campagne préliminaire

Objectifs :

Grâce au soutien de l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire) et du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (USR 3172 CNRS, Louqsor), une campagne préliminaire sur le site archéologique a été menée pendant une dizaine de jours en mai 2017. Ses objectifs étaient :

  • Présenter le projet d’étude des monuments antiques de Qus aux autorités locales (direction de la Haute Égypte, inspectorat de Qena, bureau du maire de Qus)
  • Évaluer l’étendue de la zone archéologique
  • Évaluer les travaux envisageables pour le dégagement et la protection des monuments

Membres :

  • Anaïs Tillier (égyptologue, Université de Montpellier)
  • Ali Abdelhalim Ali (égyptologue, Université Ain Shams)
  • Nadia Licitra (archéologue, Université Sorbonne-UMR 8167 CNRS)
  • Lucie Antoine (restauratrice, CFEETK)
  • Paul Mégard (topographe, CFEETK)

Résultats :

Le projet global envisagé pour l’étude et la mise en valeur des deux portes pharaoniques de Qus a reçu un accueil favorable et enthousiaste auprès de chacun des interlocuteurs rencontrés : Dr. Mohammed Abdel Aziz (directeur général de Louqsor et de la Haute-Égypte), Ayman Hendi (chef du bureau de l’inspectorat de Qena), Ashraf Nasr (inspecteur responsable des missions étrangères à Qena), Dr. Hoda (maire de Qus). Ces derniers ont formulé de nombreux conseils et avis pertinents sur la stratégie à adopter sur la mise en œuvre des opérations, notamment sur les solutions envisageables pour répondre aux contraintes posées par le contexte urbain du site.

Les prospections sur le site ont permis de procéder aux observations nécessaires à l’évaluation des opérations à réaliser sur le plan archéologique et de la conservation. Différentes solutions sont envisagées pour répondre aux contraintes existantes et attendues. Un premier programme de travail hiérarchisé est établi.

Porte orientale (© Mission Qus 2017)

Le site a été documenté dans sa globalité par une couverture photographique de l’environnement des deux portes pharaoniques, du site byzantin présentant des remplois de blocs pharaoniques, de la mosquée el-Amri avec ses remplois de chapiteaux romains, ainsi que des quartiers alentours où plusieurs fouilles clandestines ont été signalées (environ cinq ces trois dernières années). Grâce au matériel photographique acquis, Paul Mégard a réalisé une reconstitution en 3D des deux portes pharaoniques.

Reconstitution 3D de la porte orientale par photogrammétrie (© Mission Qus)

Mohammed Abdel Hamid Hamada, inspecteur en charge du site, partage ses informations concernant les fouilles clandestines et les vidéos qu’il a réalisées pour certaines d’entre elles. Celles-ci montrent plusieurs blocs découverts en mai 2014 dans une maison située à 5 m de la porte occidentale. Une partie des blocs appartiennent vraisemblablement à la porte (corniche, scène d’offrande gravée dans le creux), tandis que d’autres proviennent de monuments inconnus à ce jour (montant de porte de 2 m complet, bloc décoré et inscrit en relief levé, provenant peut-être d’une chapelle). Une autre fouille clandestine a été documentée par des photographies : datée de janvier 2011 et située à 150 m à l’ouest de la porte occidentale, elle a mis au jour un mur en place conservé sur trois assises appartenant vraisemblablement au passage d’une porte d’un monument inconnu.

Découverte d’une portion de mur en 2011 (© Ministère des Antiquités)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.