Rapport 2019 : première campagne de terrain

Objectifs :

Grâce au soutien de l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire), du Fonds Khéops pour l’archéologie (Paris) et du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (USR 3172 CNRS, Louqsor), la première campagne de terrain a été menée pendant deux semaines en janvier 2019. Son principal objectif était de déplacer les blocs épars gisant au sol afin de les protéger des remontées humides altérant la pierre.

Membres :

  • Anaïs Tillier (égyptologue, Université de Montpellier)
  • Ali Abdelhalim Ali (égyptologue, Université Ain Shams)
  • Mohamed Abd el-Hamid Hamada (ministère des Antiquités)

Résultats :

Le ministère des Antiquités était représenté par Ahmed Said, accompagné de deux stagiaires Eman Saber Mohamed et Fatma Tony Ahmed. Ahmed Khalifa, restaurateur du département des projets de Qift-Qena, est intervenu pendant les travaux. Ayman Hindi et Ashraf Nasr de l’inspectorat du ministère des Antiquités à Qena ont apporté leur aide et soutien au déroulement de la mission. Les travaux se sont concentrés sur le secteur de la porte est, la plus accessible et actuellement protégée par une enceinte. Ils ont été réalisés par l’équipe d’ouvriers spécialisés du rais Omar Farouk de Louqsor.

L’inspecteur Ahmed Said indique que ce secteur recouvre une zone plus étendue que celle délimitée par l’enceinte actuelle, allant jusqu’à l’église située au nord. La construction d’un nouveau mur d’enceinte correspondant à cette zone a été estimée à 5000 euros.

La surface du site a été nettoyée des déchets dus de la proximité des habitations moderne. Environ une trentaine de blocs de pierre de taille variable se trouvaient au sol, exposés aux remontées humides de sel. Les éléments de taille moyenne (20-60 cm) ont été installés sur la banquette construite par le ministère des Antiquités quelques années auparavant. Une douzaine de blocs portent les restes de décor et d’inscriptions hiéroglyphiques. L’un d’entre eux complète la scène du second registre du montant nord-ouest.

Porte orientale à la fin de la mission 2019 (© Mission Qus)
Fragment de scène montrant le roi offrant du vin (© Mission Qus 2019)

La mission a fait réaliser deux banquettes supplémentaires pour accueillir cinq fragments imposants de la corniche à gorge de la porte (env. 150 x 100 x 70 cm). Deux d’entre eux ont été déplacés ; un troisième sur le point de se déliter a reçu un traitement de consolidation ; un quatrième très lourd n’a pu être déplacé avec le matériel disponible durant la mission. Il sera la priorité de la campagne suivante car il se trouve au milieu du chemin de circulation.

Blocs de corniche installés sur la banquette sud (© Mission Qus 2019)
Restauration d’un bloc se délitant sous l’action des sels et de l’humidité du sol (© Mission Qus 2019)

Le dégagement de ce bloc de corniche a permis d’observer le début d’une inscription grecque, celle-là même publiée dans la Description de l’Égypte et par Champollion, puis disparue ensuite, confirmant ainsi l’identité de l’unique porte recensée à Qus par les voyageurs des XVIIIe et XIXe siècles.

Inscription grecque relevée au XIXe siècle et disparue ensuite. D’après Letronne, Atlas, 1858, p. Vb.

Le déplacement du groupe de blocs situés dans l’angle sud-est a conduit à la découverte d’un vase en pierre, affleurant la surface et contenant trois fioles en verre d’époque islamique.

Vase en pierre et fioles en verre d’époque islamique (© Mission Qus 2019)

La réalisation d’un premier inventaire des blocs a permis de former l’inspecteur Ahmed Said et ses deux stagiaires aux méthodes de documentation, ainsi qu’à la lecture du décor et des textes hiéroglyphiques des temples ptolémaïques.

Mohamed Abdel Hamid Hamada (ministère des Antiquités), portant un intérêt significatif au patrimoine de sa ville, partage une partie de sa documentation sur les fouilles clandestines régulièrement enregistrées par l’inspectorat. L’une d’entre elles, signalée en 2014 et localisée à 5 m de la porte ouest, avait mis au jour trois blocs inscrits d’environ 1 m en parfait état. La vidéo réalisée par Mohamed Abdel Hamid a permis d’identifier deux blocs comme des assises de la porte et le troisième, gravé en relief levé, appartient à l’intérieur d’une chapelle ou d’une pièce du temple encore inconnue. Les blocs sont restés en place sous une habitation délabrée du début du XXe siècle. Celle-ci a été démolie en 2018 par son propriétaire avec l’intention d’en construire une nouvelle en briques et en béton. Le projet immobilier est aujourd’hui à l’arrêt en raison du rapport de la découverte faite en 2014. Il est essentiel que le terrain demeure accessible. C’est là l’une des problématiques majeures auxquelles la Mission devra apporter une réponse.

Porte occidentale et emplacement des blocs découverts en 2014 (© Mission Qus 2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.