Haroéris de Qus à Kôm Ombo

Temple de Kôm Ombo (© A. Tillier)

Les innombrables scènes d’offrandes qui décorent les murs des temples égyptiens sont essentiellement dédiées aux dieux qui résident dans le temple, généralement une triade divine constituée d’un dieu, d’une déesse et d’un dieu-fils. Mais il n’est pas rare de rencontrer des « invités », des dieux qui viennent d’une autre ville. C’est le cas dans le programme décoratif des colonnes de la cour du temple de Kôm Ombo.

Kôm Ombo se trouve à 160 km au sud de Qus. Son temple présente la particularité d’être dédié à deux triades divines : la première composée du dieu Haroéris-Mekhentyirty (une forme composite d’Haroéris), de son épouse Tasenetnefret et de leur fils Panebtaouy, la seconde composée de Sobek-Rê, Hathor et Khonsou. Bien qu’il ne soit pas entièrement conservé, ce temple installé face au Nil est l’un des plus beaux à visiter.

La cour du temple est un espace à ciel ouvert entourée d’une colonnade et d’un mur, qui a aujourd’hui en grande partie disparu. Le temple étant considéré comme la demeure du dieu sur terre, seuls les prêtres responsables des offices accomplis pour le dieu (purification à l’encens, offrandes alimentaires, etc.) évoluaient à l’intérieur de l’enceinte. Ce n’est qu’à de rares occasions (fêtes annuelles, processions, etc.) que les croyants et pèlerins avaient la possibilité d’approcher le dieu dans la cour du temple et dans certains espaces périphériques uniquement.

Plan de la cour du temple de Kôm Ombo (© A. Tillier)

16 colonnes ornent la cour du temple de Kôm Ombo, chacune décorée de 2 scènes d’offrandes consacrées à un couple de divinités. L’ensemble de ce programme décoratif compte donc 32 scènes d’offrandes et 64 divinités. Plus de la moitié sont dédiés aux dieux locaux tandis que les autres figurent des dieux venus d’autres temples, comme Haroéris de Qus et sa mère Héqet représentés sur la colonne de l’angle sud (en rouge sur le plan).

Colonne de l’angle sud de la cour du temple de Kôm Ombo (© A. Tillier)

À travers l’ensemble de ces tableaux, tous différents les uns des autres par l’offrande présentée, les divinités figurées et les textes hiéroglyphiques associées, les prêtres ont cherché à évoquer 4 thèmes mythologiques majeurs, que l’on retrouve dans les autres inscriptions du temple :

  • Thème 1 : la création de Sobek par les dieux primordiaux d’Esna
  • Thème 2 : la reconstitution de l’œil lunaire
  • Thème 3 : l’apaisement de la Déesse Lointaine et la régénération de Rê
  • Thème 4 : la renaissance de Sobek identifié à Osiris dans la nécropole divine de Chedbeg.

Ces 4 thèmes et l’ensemble du décor de la colonnade sont analysés dans l’article indiqué plus bas. Nous nous intéresserons seulement ici au rôle d’Haroéris et d’Héqet de Qus. Ils appartiennent au thème 2 de la reconstitution de la lune, identifiée par les Égyptiens à l’œil gauche du dieu Rê.

Offrande de l’encens à Haroéris et Héqet de Qus, cour du temple de Kôm Ombo (© A. Tillier)

À droite, le pharaon (ici l’empereur Tibère) offre de l’encens, appelé « œil d’Horus » :

Prends donc l’œil d’Horus ! On a fumigé en ton lieu et la fumée parfume ta chapelle. L’encens dans sa vraie forme, l’encens-menour en entier, son parfum est vivant dans tes chairs, il s’est uni à tes narines, il est doux à ton nez quotidiennement.

Face à lui, Haroéris est représenté de manière traditionnelle : une tête de faucon couronnée de la double couronne d’Égypte. Les sculpteurs ont gravés profondément le motif caractéristique de son oeil pour remplir la cavité d’un matériau différent, peut-être de pierre semi-précieuse. Les autres représentations du dieu ne présentent pas ce détail original. Il fait sans doute écho à l’offrande de la scène, l’encens « œil d’Horus », voire au thème de la reconstitution de l’œil lunaire.

Détail de la scène d’offrande à Haroéris et Héqet de Qus, cour du temple de Kôm Ombo (© A. Tillier)

Paroles dites par Haroéris, seigneur de Haute Égypte, le grand dieu seigneur de Kôm Ombo, le lion vénérable, secret d’aspects, grand de forme, seigneur de terreur, féroce parmi les rebelles, Mekhentyenirty, le héros seigneur de Iyt, le médecin parfait et véritable :

« Je fais que le Pays de Pount t’apporte ses ressources et ses chefs soumis à ta puissance. »

Paroles dites par Héqet, la génitrice qui préside à la Demeure-des-deux-yeux, la mère du dieu qui réside à Qus, Nout la vénérable qui a mis au monde les dieux, l’auguste, la génitrice qui a enfanté ses enfants en une seule fois, héritant du Double-Pays en tant que seigneur(s) :

« Je fais que tu te réjouisses dans la résidence de ton père. »

On observe que la mention de Qus n’apparaît clairement que dans la légende de la déesse. Les prêtres aimaient composés des textes élaborés et riches d’allusions théologiques. C’est le cas de la légende d’Haroéris. Une bonne connaissance des textes égyptiens permet de remarquer que les désignations « seigneur de Haute Égypte », « lion vénérable » et « Mekhentyenirty » sont associées à Haroéris de Qus. Tandis que « le grand dieu seigneur de Kôm Ombo », « héros seigneur de Iyt » et « médecin parfait et véritable » font référence à Haroéris de Kôm Ombo. Mélanger les références aux deux dieux dans la légende de la scène est une manière de réunir les deux entités sous une seule image, celle d’un dieu médecin capable de guérir l’œil lunaire. Le rôle de dieu médecin, spécifique du dieu de Kôm Ombo, est illustré par une scène originale du temple : l’offrande des instruments chirurgicaux destinés à soigner l’œil.

Scène d’offrande des instruments chirurgicaux, temple de Kôm Ombo (© A. Tillier)

Si les prêtres font appel à Haroéris de Qus dans ce contexte, c’est en raison de son rôle dans la renaissance d’Osiris. On sait en effet qu’à Qus Haroéris participait activement aux rituels destinés à assurer la renaissance du dieu Osiris, garant du renouveau de la crue et de la végétation. Pour les Anciens, Osiris était identifié à la lune car pour le faire renaître, on reconstituait son corps dépecé par son frère Seth, d’après le mythe, à l’image de la lune reconstituée morceau par morceau pour redevenir pleine.

L’association d’Haroéris de Qus et d’Osiris apparaît à nouveau dans deux scènes adjacentes de la colonnade nord de la cour : la première montre Osiris de Coptos représenté momiforme, pour signifier que le dieu mort se prépare à renaître ; la seconde montre Haroéris de Kôm Ombo désigné aussi comme « le fils d’Osiris », « seigneur de Haute Égypte » et « Nenoun », en référence au dieu de Qus. On notera également que Coptos est la ville voisine de Qus d’à peine 10 km.

Les prêtres de Kôm Ombo ont ainsi introduit dans le décor de leur temple la figure d’Haroéris de Qus pour renforcer l’action de la forme locale d’Haroéris en charge de la guérison de l’œil gauche du dieu Rê, identifié à la lune et à Osiris. La reconstitution de l’œil lunaire et la renaissance d’Osiris sont des thèmes très fréquents dans les temples et les textes funéraires car ils sont au centre des préoccupations religieuses des Anciens Égyptiens.

On a vu également dans cette brève analyse que les textes hiéroglyphiques inscrits dans les temples sont parfois très concis. Ils font de nombreuses références mythologiques et théologiques à travers peu de mots. Généralement, traduire les inscriptions ne suffit pas à comprendre le sens du texte. L’égyptologue doit alors mener des recherches approfondies sur chaque expression pour mieux apprécier les références sous-jacentes qui font la richesse de ces textes.

Pour en savoir plus :

A. Tillier, « Les colonnes de la cour du temple de Kôm Ombo : organisation et discours théologique du décor », dans St. Baumann, H. Kockelmann (éd.), Der ägyptische Tempel als ritueller Raum.Theologie und Kult in ihrer architektonischen und ideellen Dimension. Akten der internationalen Tagung, Haus der Heidelberger Akademie der Wissenschaften. 9.-12. Juni 2015, Studien zur spätägyptischen Religion 17, Wiesbaden, 2017, p. 107-125.

Demandez une version pdf de l’article : tillier.anais@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.