La Mission Qus

Créée en 2016 et co-dirigée par Anaïs Tillier (Université de Montpellier) et Ali Abdelhalim Ali (Université Ain Shams, Le Caire), la Mission archéologique franco-égyptienne de Qus a pour objectif l’étude, la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel de la ville de Qus, située à 25 km au nord de Louqsor, dans le sud de l’Égypte. Elle est soutenue par l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire), le Fonds Khéops pour l’archéologie (Paris) et le Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (USR 3172 CNRS, Louqsor).

Connu depuis toujours, ce site archéologique n’a jamais fait l’objet d’explorations avancées. Émergeant du sol, on peut observer les ruines de deux portes monumentales qui marquaient jadis l’entrée du temple consacré au dieu Haroéris (« Horus le Grand »). Situés au cœur de la ville moderne, ces précieux témoignages antiques sont aujourd’hui gravement menacés par l’activité humaine. C’est au cours de travaux d’aménagements, privés ou publics, que sont découverts par hasard d’autres vestiges des monuments antiques. Des blocs de pierre d’1 à 2 m de longueur, décorés et inscrits de textes hiéroglyphiques, ont été ainsi mis au jour. Certains sont identifiés comme provenant des deux portes monumentales encore en place, tandis que d’autres appartiennent clairement à des structures encore inconnues à ce jour. Ces découvertes offrent des perspectives prometteuses au programme de recherche de la Mission.

En 2017, une étude préliminaire a été réalisée sur le terrain afin d’évaluer l’étendue de la zone archéologique et d’établir un programme de travail. En janvier 2019 a eu lieu la première campagne de travail sur le site. Les résultats de l’ensemble des travaux feront l’objet de rapports publiés dans ce Carnet et d’ouvrages éditées dans les collections scientifiques. À terme, outre l’apport scientifique à nos connaissances de la civilisation de l’Égypte ancienne, le programme de restauration et de valorisation des monuments offrira des perspectives sociales et économiques à la ville avec l’ouverture du site au public et son intégration dans les circuits touristiques.